Les numéros

Numéro 6 : les cruches

/

 

 

 

Les cruches

C’est un numéro de 6 pages avec des histoires, un verset à choisir, une bande dessinée et des versets à lire. Clique sur le bouton en haut de la page “Voir le numéro” pour le lire avec toutes les images ! Cela t’affichera un document PDF que tu pourras aussi télécharger, imprimer et conserver.

Le texte que tu retrouveras dans ces pages illustrées est à peu près celui-ci :

Une cruche oubliée
Tu peux lire ce récit dans ta Bible dans Jean 4,9-28.

« La femme donc laissa sa cruche et s’en alla à la ville » (Jean 4:28)

Elle était pourtant venue au puits avec sa cruche pour y puiser de l’eau.
Comment a-t-elle donc fait pour oublier sa cruche ?
Sans sa cruche, elle ne pouvait pas rapporter d’eau !
Mais au puits, elle a trouvé quelque chose de bien meilleur et de beaucoup plus rafraîchissant que de l’eau.
Au puits, elle a rencontré Jésus.
Jésus a étanché la soif son cœur.

Une cruche volée
Tu peux lire ce récit dans ta Bible dans 1 Samuel 26.
– C’est pas bien de voler une cruche !
– Tu as raison ; mais je crois qu’il l’a rendue !
– Mais de quoi s’agit-il ?

Par jalousie, le méchant roi Saül pourchasse le futur roi David.
Une nuit, alors que Saül campe entouré de ses soldats, David se glisse dans le camp et au lieu de tuer son ennemi, il se retire en emportant la cruche et la lance du méchant roi.
Le lendemain il crie au chef de l’armée de Saül :

«  Et maintenant, regarde où est la lance du roi, et la cruche à eau qui était à son chevet. » (1 Samuel 26:16)

La cruche et la lance étaient la preuve que David aurait pu tuer le méchant roi.
L’attitude de David fait penser à l’amour de Jésus qui a aimé même ses ennemis.
A ton avis, quel verset va bien avec ce récit :

« Mais aimez vos ennemis, et faites du bien,… vous serez les fils du Très-haut ; car il est bon envers les ingrats et les méchants. » (Luc 6:35)

« Car à peine, pour un juste, quelqu’un mourra-t-il, (car pour l’homme de bien, peut-être, quelqu’un se résoudrait même à mourir). » (Romains 5:7)

« mais là où le péché abondait, la grâce a surabondé. » (Romains 5:20)

Des cruches brisées
Tu peux lire ce récit dans ta Bible dans Juges 7, 15-22.
Il fait nuit. Gédéon et ses hommes se préparent au combat contre l’armée de Madian qui a envahi leur pays.
Mais au lieu de prendre des épées, des lances et des boucliers, ils emportent des trompettes et des torches qu’ils cachent dans des cruches.
Des torches sont des bâtons enduits de résine qu’on enflamme et qui peuvent brûler très longtemps.

« Et Gédéon leur dit : Regardez ce que je vais faire, et faites de même ; voici, quand j’arriverai au bout du camp, alors ce que je ferai, vous le ferez de même. » (Juges 7:17)

Au signal, chacun sonne de la trompette et brise sa cruche. La lumière des torches jaillit. Le camp de Madian est pris de panique et c’est la débandade !

Si tu connais le Seigneur Jésus, il ne faut pas que son amour reste enfermé au fond de toi-même, mais il doit briller autour de toi.

« Or personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un vase, ni ne la met sous un lit ; mais il la place sur un pied de lampe, afin que ceux qui entrent voient la lumière. » (Luc 8:16)

Ras la cruche !
Corentin rentre de l’école.
– Maman, je n’en peux plus. A l’école tout va mal ; je n’ai que des ennuis.
– Mais dis-moi, ce qui ne va pas.
– Et bien d’abord les camarades ne sont pas du tout sympa avec moi.
Au sport, j’ai perdu parce que les autres ont triché pour gagner.
– Mon pauvre Corentin ! Mais c’est tant mieux pour toi.
– Oui, mais ce n’est pas tout !
A la récréation, Brice et Axel se sont moqués de moi parce j’ai partagé mon goûter avec Quentin qui n’en a jamais.
– Ce n’est vraiment pas facile pour toi, mais malgré tout, c’est tant mieux !
– Attends, maman, je ne t’ai pas encore tout dit ; en classe je me suis fait gronder par la maîtresse parce que je me suis levé pour ramasser la trousse de Geoffroy qui était tombée.
– Ça fait beaucoup, mon pauvre chéri ! Mais tu sais c’est quand même tant mieux pour toi !
– Mais maman, comment peux-tu dire que c’est tant mieux alors que je n’ai que des ennuis ?
– Écoute, Corentin ! Imagine quelqu’un qui doit traverser une salle remplie de monde, en tenant dans ses deux mains une cruche pleine à ras bord d’un excellent parfum.
Chaque fois qu’on le bouscule, un peu de parfum se renverse.
Depuis le sol, ces quelques gouttes répandent alors une délicieuse odeur que tout le monde peut sentir
Et plus le porteur de la cruche est bousculé et plus le parfum se répand par terre et diffuse sa bonne odeur.
Comme chrétien, Corentin, chaque fois que tu es bousculé à l’école par tout ce que tu me racontes, si un peu du parfum de Christ peut se répandre, alors tu n’auras pas perdu ta journée.

« Mais nous avons ce trésor dans des vases de terre, afin que l’excellence de la puissance soit de Dieu et non pas de nous : » (2 Corinthiens 4:7)

« Or, grâces à Dieu qui nous mène toujours en triomphe dans le Christ et manifeste par nous l’odeur de sa connaissance en tout lieu. » (2 Corinthiens 2:14)

« Car nous sommes la bonne odeur de Christ pour Dieu. » (2 Corinthiens 2:15)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>