Les numéros

Numéro 41 : Des malades

/

 
C’est un numéro de 4 pages avec des explications sur des versets, des étiquettes à relier, des explications sur les 3 sortes de malades qui existent et une bande dessinée. Clique sur le bouton en haut de la page “Voir le numéro” pour le lire avec toutes les images ! Cela t’affichera un document PDF que tu pourras aussi télécharger, imprimer et conserver. Le texte que tu retrouveras dans ces pages illustrées est à peu près celui-ci :

Des malades

Le paralysé de Béthesda

Tu peux lire le récit complet dans l’évangile de Jean chapitre 5 v.1-14.

Il y avait là, un homme infirme depuis 38 ans. (v.5)
– Comme la vie de cet infirme devait être triste !
– Oui, ne pas pouvoir marcher pendant 38 ans, c’est terrible !

« Jésus, le voyant couché là, et sachant qu’il était dans cet état déjà depuis longtemps, lui dit : Veux-tu être guéri ? » (v.6)

– Moi, je n’oserai jamais poser une telle question à un paralysé.

« Le malade lui répondit : Seigneur, je n’ai personne… » (v.7)

Cet infirme se sentait complètement abandonné et ne conservait aucun espoir de guérison.

« Jésus lui dit : Lève-toi, prends ton petit lit, et marche. Et aussitôt l’homme fut guéri, et il prit son petit lit, et marcha. » (v.8 et 9)

Oui, Jésus délivre. Il désire donner à chacun de nous, un cœur pour l’aimer et des jambes pour le suivre.
 

Toutes sortes d’infirmités

Lorsqu’il était sur la terre, Jésus a rencontré beaucoup d’infirmes, des paralysés, des aveugles, des sourds et des muets. Il les a délivrés de leur handicap.

Attache chaque vignette de gauche à une vignette à droite.
Des paralysés
Des aveugles
Des sourds
Des muets

Ceux qui ne prient jamais, et ne parle jamais à Jésus.
Ceux qui n’entendent pas l’invitation que leur adresse Jésus de venir à lui.
Ceux qui ne voient pas que Jésus veut devenir leur Sauveur.
Ceux qui sont incapables de suivre Jésus.

 

3 sortes de malades

Un médecin disait que, pour lui, il existe 3 sortes de malades :

1) Ceux qui ne reconnaissent pas qu’ils sont malades et ne consultent donc jamais de médecin.
Beaucoup de gens n’admettent pas qu’ils sont des pécheurs et qu’ils ont besoin d’un Sauveur.

2) Ceux qui savent qu’ils sont malades mais qui refusent de se soigner.
Aujourd’hui plusieurs reconnaissent qu’ils sont pécheurs, mais refusent Jésus comme leur Sauveur .

3) Heureusement il y a ceux qui sachant qu’ils sont malades, se laissent soigner et obéissent aux prescriptions du médecin.
Ainsi se reconnaissant perdus, les croyants mettent leur confiance en Jésus mort sur la croix pour les sauver.
 

B.D. : Heng

– Y a-t-il un enfant prêt à donner de son sang pour une petite fille qui a un besoin urgent de transfusion ?
Heng s’avance. Oui, il accepte. On l’amène donc à l’hôpital.
Mais alors qu’on lui prélève de son sang, de grosses larmes coulent sur les joues du jeune garçon.
Une infirmière s’approche :
– As-tu mal, Heng ? lui demande-t-elle gentiment.
– Non répond l’enfant mais je suis à la fois content que la petite fille puisse vivre mais je suis aussi triste de mourir.
– Mais Heng, pourquoi crois-tu que tu vas mourir ?
– Je pense que si on me prend mon sang, je vais mourir.
– Mais non, Heng, répond vivement l’infirmière, on ne va pas te prendre tout ton sang mais seulement un petit peu pour que tu puisses continuer à vivre.

L’exemple du dévouement de Heng fait penser à ce que Jésus a fait pour toi et pour moi. Il a donné son sang lorsqu’il est mort sur la croix pour que toi et moi nous ayons la vie.

« Le Fils de Dieu, qui m’a aimé et s’est livré lui-même pour moi. » (Galates 2 : 20)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>