Les numéros

Numéro 33 : Les fleurs

/

C’est un numéro de 5 pages avec des réflexions, des versets à choisir, une histoire et une bande dessinée. Clique sur le bouton en haut de la page “Voir le numéro” pour le lire avec toutes les images ! Cela t’affichera un document PDF que tu pourras aussi télécharger, imprimer et conserver.Le texte que tu retrouveras dans ces pages illustrées est à peu près celui-ci :

Les fleurs

– J’ai vu une fleur artificielle si bien imitée que j’ai cru que c’était une vraie !
– Oui, on peut vraiment s’y tromper.
– Pourtant les abeilles, elles ne s’y trompent pas.
– C’est vrai ! Elles n’iront jamais butiner une fleur artificielle.

Ainsi il y a des chrétiens qui ont la vie de Dieu (un peu comme des vraies fleurs) et ceux qui se disent chrétiens sans avoir une réelle relation avec Dieu.
Comme les abeilles ne confondent pas les vraies fleurs avec les fausses, le Seigneur, lui aussi, sait exactement quel enfant le connaît personnellement et quel est celui qui n’a que l’apparence d’un chrétien.

Trouve des versets qui disent cela :

« L’Éternel ne regarde pas ce à quoi l’homme regarde, car l’homme regarde à l’apparence extérieure, et l’Éternel regarde au cœur. » (1 Samuel 16 : 7)
« … amis des voluptés plutôt qu’amis de Dieu, ayant la forme de la piété, mais en ayant renié la puissance. Or détourne-toi de telles gens. » (2 Timothée 3 : 4-5)
« Béni soit le Dieu et Père de notre seigneur Jésus Christ, qui, selon sa grande miséricorde, nous a régénérés pour une espérance vivante par la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts. » (1 Pierre 1 : 3)

La gloire du roi Salomon

– As-tu déjà observé une fleur des champs ?
– Il y a presque 3000 ans le roi Salomon régnait sur le peuple d’Israël.
– Sa gloire était extraordinaire.
– Pourtant dit Jésus, si somptueux qu’aient été les vêtements royaux de Salomon, ils n’étaient pas aussi beaux qu’un simple lis des champs.
– Et dire que des fleurs des champs il y en a des milliards !…

Cela montre que ce que fait le Dieu créateur est bien plus beau que tout ce que font les hommes.

Fleurs fanées

– Maman, le beau bouquet que tu as mis hier au salon, il est complètement fané.

« L’herbe est desséchée, la fleur est fanée, mais la parole de notre Dieu demeure à toujours. » (Ésaïe 40 : 8)

Dieu parle de l’herbe et des fleurs pour nous montrer qu’il n’y a rien de durable dans nos vies. Tu penses peut-être que la vie qui est devant toi est longue, détrompe-toi ; elle passe tellement vite !
Raison de plus pour ne pas gaspiller son temps.

Les fleurs sentent bon

On a mis un bouquet de lavande dans le séjour et ça sent bon dans tout l’appartement.

« Et marchez dans l’amour, comme aussi le Christ nous a aimés et s’est livré lui-même pour nous, comme offrande et sacrifice à Dieu, en parfum de bonne odeur. » (Éphésiens 5 : 2)

Quelle joie pour Dieu que le comportement de Jésus Christ sur la terre ! Sa vie et sa mort ont été comme un parfum agréable pour lui.

Si tu connais le Seigneur Jésus, il désire qu’à ton tour, tu diffuses autour de toi l’amour dont il t’a aimé.

Trouve le verset qui dit cela :

« Marie donc, ayant pris une livre de parfum de nard pur de grand prix, oignit les pieds de Jésus. ; et la maison fut remplie de l’odeur du parfum. » (Jean 12 : 3)
« Car nous sommes la bonne odeur de Christ pour Dieu, à l’égard de ceux qui sont sauvés et à l’égard de ceux qui périssent. » (2 Corinthiens 2 : 15)
« Elles préparèrent des aromates et des parfums ; et, le sabbat, elles se tinrent en repos, selon le commandement. »
(Luc 23 : 56)

Bande dessinée : La rose blanche

Un soir je marchais sur le quai de la Tamise pour me rendre à une réunion chrétienne. Je remarquais à quelques pas de là, une femme au bord de l’eau dont le comportement me paraissait inquiétant. Je m’approchais d’elle :
– Excusez-moi, mais puis-je vous aider ?
Elle me fit face et je vis à la lueur d’un réverbère son visage tout angoissé.
– Venez avec moi ! ajoutai-je, je vais à une réunion chrétienne, Vous pourrez certainement y trouver de l’aide.
– Non je n’irai pas, me dit-elle, en reculant.
A bout d’argument je lui tendis la rose blanche qu’une amie m’avait donnée
– Tenez, lui dis-je, prenez ceci, je vous l’offre de bon cœur.
Elle sursauta, comme si je l’avais frappée, puis brusquement me prit la rose des mains et s’enfuit en courant.

Pendant le déroulement de la réunion, un mouvement s’est produit au fond de la salle. La femme est là toute apeurée, tenant toujours la fleur entre ses mains.
En sortant je me suis dépêchée de la rejoindre.
Elle m’a alors raconté sa triste vie. Quand elle a quitté la maison de ses parents, sa mère lui a tendu une rose blanche en lui disant :
– Ellen, je ne sais pas vers quelle vie tu t’en vas. Quand tu seras loin, si tu vois une rose blanche, souviens-toi alors que ta maman prie chaque jour pour toi.
Vous m’avez tendu cette rose au moment où j’étais désespérée. Votre fleur m’a rappelé celle que ma mère m’a donnée lorsque je suis partie. Cela m’a brisé le cœur.
Je lui ai parlé alors de l’amour de Jésus qui pardonne à ceux qui viennent à lui tels qu’ils sont.
Ellen a accepté Jésus comme son Sauveur. Son premier désir a été de retourner voir sa mère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>