Les numéros

Numéro 17 : Des fenêtres

/

 

 

C’est un numéro de 7 pages avec des réflexions, un verset illustré, des histoires, des versets à choisir et une bande dessinée. Clique sur le bouton en haut de la page “Voir le numéro” pour le lire avec toutes les images ! Cela t’affichera un document PDF que tu pourras aussi télécharger, imprimer et conserver.

Le texte que tu retrouveras dans ces pages illustrées est à peu près celui-ci :

Des fenêtres

 

L’arche de Noé

Lorsque Noé a construit son arche, c’est-à-dire un immense bateau, il ne lui a fait qu’une seule fenêtre.
Il semble même que cette fenêtre était située sur le toit de l’arche.
– Quelle drôle d’idée ! Il ne pouvait même pas voir le paysage.
– De toute façon, dehors, il n’y avait rien à voir sinon de l’eau et encore de l’eau !
– Oui, mais cette fenêtre lui donnait une ouverture vers le ciel.
– Oui, une fenêtre vers Dieu, c’est peut-être plus important que de voir le paysage.

Quand la pluie a cessé, c’est par cette fenêtre que Noé a lâché une colombe. Si elle trouvait à se poser c’est que la terre avait déjà bien séché.

Un verset illustré

« Nos regards n’étant pas fixés sur les choses qui se voient, mais sur celles qui ne se voient pas : car les choses qui se voient sont pour un temps, mais celles qui ne se voient pas sont éternelles. » (2 Corinthiens 4 : 18)

La fenêtre de Rahab

Tu peux lire ce récit dans ta Bible en Josué 2 : 8 à 24

Rahab sait que Jéricho, la ville qu’elle habite va être détruite par le peuple d’Israël. Les éclaireurs israélites lui ont donné un moyen d’être sauvée :

« Voici, nous allons entrer dans le pays ; tu attacheras ce cordon de fil écarlate à la fenêtre par laquelle tu nous as fait descendre, et tu rassembleras auprès de toi, dans la maison, ton père, et ta mère, et tes frères, et toute la maison de ton père. » (Josué 2 : 18)

– Écarlate, c’est rouge vif.
– Oui, c’est la couleur du sang de Jésus qui a coulé lorsqu’il est mort sur la croix.
– Oui, et son sang protège du jugement de Dieu, tous ceux qui ont mis leur confiance en Lui.

Quels versets vont le mieux avec ce récit ?

« Tu es mon secours et celui qui me délivre. » (Psaume 40 : 17)

« Lui-même a porté nos péchés en son corps sur le bois. » (1 Pierre 2 : 24)

« Jésus… nous délivre de la colère qui vient. » (1 Thessaloniciens 1 : 10)

Les fenêtres de Daniel

Tu peux lire ce récit dans ta Bible en Daniel 6 : 10-16

Daniel est un Juif exilé ; c’est-à-dire qu’on l’a obligé à quitter le pays d’Israël pour habiter à Babylone. Pourtant Dieu ne l’oublie pas et permet qu’il occupe même une position très élevée dans le royaume chaldéen.
Daniel non plus, n’oublie pas son pays, ni surtout le Dieu d’Israël. Aussi trois fois par jour, il ouvre ses fenêtres vers Jérusalem et prie l’Éternel, son Dieu.

– Sa position élevée aurait pu lui tourner la tête.
– Et toi, pries-tu dans la journée ?
– Es-tu ouvert à ce Dieu qui t’aime ?

Eutyche

Tu peux lire ce récit dans ta Bible en Actes 20 : 7-12

Des chrétiens sont rassemblés dans une salle au 3e étage d’une maison. Parmi eux, un jeune homme appelé Eutyche est assis sur le bord de la fenêtre. L’apôtre Paul parle de Jésus Christ jusqu’à minuit et Eutyche finit par s’endormir. Catastrophe ! Il tombe par la fenêtre du 3e étage.
Eutyche n’était ni vraiment dedans, ni vraiment dehors.
Il fait penser à ceux qui ne se décident jamais vraiment pour le Seigneur Jésus. Ils ne sont ni pour, ni contre.
D’abord on a cru qu’Eutyche était mort. Mais la bonté de Dieu est intervenue. L’apôtre Paul s’est penché sur lui, l’a embrassé. Eutyche était vivant ; quelle consolation pour tout le monde !

Bande dessinée : La fenêtre du 1er étage

Pendant que Manuche nettoie la salle à manger, Jeannot, un enfant de 2 ans grimpe sur une chaise posée devant la fenêtre.
Debout sur la chaise, le petit garçon regarde à l’extérieur. Comme c’est amusant de voir tout de haut ! Il se penche pour mieux voir en bas.
Au moment précis où il bascule dans le vide, Manuche lève les yeux. Lâchant son balai, il se précipite et attrape in-extremis, le talon de l’enfant. Il le serre de toutes ses forces et retire à l’intérieur un Jeannot, pâle de terreur.
Il le conduit à sa maman et lui explique le drame auquel son fils vient d’échapper. Remise de ses émotions, celle-ci dit à Manuche :
Dieu, vous a envoyé, Manuche, pour sauver Jeannot. Mais savez-vous que, vous aussi, vous êtes en danger de mort ? Tout le mal que vous avez commis vous précipite vers le malheur éternel. Mais comme vous avez sauvé Jeannot, Jésus est intervenu pour vous sauver ; acceptez-le comme votre Sauveur personnel !
Impressionné par ce qu’il vient de vivre et par les paroles de la maman de Jeannot, Manuche finira par accepter Jésus comme son Sauveur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>